Pré­cis de Magie Végé­tale

.

Le Miel

trophallaxieL’or de la ruche

Con­fec­tionné à par­tir du nec­tar des fleurs, le miel est un or alchim­ique aux bien­faits innom­brables. Le miel­lat quant à lui, est élaboré à par­tir d’un liq­uide sucré excrété par de petits insectes (pucerons, coche­nilles, cigales, cicadelles…) qui eux-​mêmes se nour­ris­sent de la sève des arbres (sapin, mélèze, peu­plier, chêne, ronce…). Le miel­lat est d’une teinte plus fon­cée que le miel et a un fort pou­voir minéral­isant. Les miels de sapin et de chêne sont des miellats.

Pour fab­ri­quer un kilo de miel, les abeilles par­courent une dis­tance équiv­a­lente à plusieurs fois le tour de la terre et buti­nent plus d’un mil­lion de fleurs. De retour à la ruche, les butineuses con­fient le nec­tar à d’autres abeilles qui vont le prédigérer et le trans­former grace à leur salive (la trophal­laxie), y ajouter des enzymes, trans­former les sucres, elles vont égale­ment le sécher et le faire maturer. Une fois prêt, le miel sera oper­culé dans l’attente de l’hiver ou du voleur de miel.

Les sages des anciens temps regar­daient le miel comme un remède sou­verain et uni­versel. Hip­pocrate le con­seil­lait dans le but de pro­longer l’existence. Pythagore et Dém­ocrite vivaient, dit-​on, de pain et de miel, regar­dant cette ali­men­ta­tion comme devant infail­li­ble­ment pro­longer la vie et entretenir l’esprit dans toute sa vigueur.

Prin­ci­paux con­sti­tu­ants connus

Eau, glu­cose, fruc­tose, enzymes, acides organiques (glu­conique, acé­tique, cit­rique, lac­tique, suc­cinique et formique), acides aminés, pro­téines, lipi­des, minéraux

Spé­ci­ficités de cer­tains miels

  • Miel de bruyère : rem­inéral­isant, défa­tiguant, con­seillé aux spas­mophiles, il aide à fixer le fer
  • Miel de tilleul : favorise le som­meil, apaisant
  • Miel de romarin : bon pour le foie
  • Miel d’acacia : recom­mandé aux estom­acs frag­iles, adoucit la peau
  • Miel de mon­tagne des Pyrénées, des Alpes, miel de thym : Excel­lent pour la gorge et pour soigner les plaies
  • Miel de châ­taig­nier : Miel des sportifs, dynamisant et minéralisant
  • Miel de lavande : Calme la toux, bon pour la peau
  • Miel de tour­nesol : aide à équili­brer le cholestérol
  • Miel de chêne vert : fortifiant
  • Miel de sapin : pour lut­ter con­tre la grippe
  • Miel de rhodo­den­dron : favorise l’activité intellectuelle

Pro­priétés en usage interne

  • Source d’énergie
  • Activ­ité antibactérienne
  • Antianémique
  • Anti­fongique
  • Apéri­tif et digestif
  • Anti­tus­sif, expec­to­rant, adoucissant
  • Cal­mant
  • Antioxy­dant

Pro­priétés en usage externe

  • Cica­tri­sa­tion des plaies, même pro­fondes et infec­tées, escar­res, brûlures
  • Mal­adies des yeux et de la peau
  • Embel­liseur de la peau

Appli­ca­tions en usage interne

  • Pour con­server toutes ses pro­priétes, le miel ne doit pas être chauffé à plus de 35°C (tem­péra­ture intérieure de la ruche). Il fau­dra donc penser à le con­som­mer cru pour prof­iter pleine­ment de ses bienfaits.
  • Pour soigner le rhume ma grand-​mère n’hésitait pas à manger un demi pot de miel ;)
  • Le miel rosat (recette de Mau­rice Mességué): Vos roses rouges com­men­cent à s’effeuiller. Vite baissez-​vous et ramassez ces pétales encore pleins de fraîcheur. Jetez-​en 100g dans 1/​2 litre d’eau bouil­lante. Lais­sez bouil­lir 10 mn et infuser encore 10mn. Passez cette infu­sion rose au tamis et ajoutez-​y 600 à 800g d’un miel naturel le plus pur que vous aurez trouvé. Remet­tez le tout en bocaux ou en pots après avoir bien remué le mélange. Cela se con­serve très bien. Vous pour­rez en met­tre un cuillerée dans vos tisanes ou en faire d’excellents gar­garismes en dilu­ant un cuillerée dans un bol d’eau bouil­lie. Ainsi vos roses vous tien­dront com­pag­nie tout l’hiver.
  • Hydromel: La bois­son des dieux de l’Olympe n’a de mys­tère pour per­sonne. Faites réduire de moitié, en bouil­lant, 1 litre d’eau mêlée d’un pot du meilleur miel de fleurs (butinées sur les flancs de l’Olympe). Puis ajoutez un grand verre d’eau-de-vie naturelle (ou plus si le coeur vous en dit). Lais­sez vieil­lir 10 à 12 ans… en goû­tant de temps en temps à la veille des com­bats de géants.

Appli­ca­tions en usage externe

  • Sur les brûlures
  • Sur les blessures
  • Masque au miel pour le visage
  • Panse­ment au miel